Actualité

Samedi 29 novembre 2014
"ALLONS PLUS LOIN POUR NOS ENFANTS"
Bien plus loin que de la solidarité ...

Vous retrouverez ci dessous et ci-contre à droite toutes les images de cette magnifique journée, allant de la préparation de l'évènement à son but final. 269 essais de véhicules FORD ont été réalisé durant cette journée, sachant qu'à chaque essais la Société Ford reverse la somme de 20€ à l'Association JDA Dijon Bourgogne, ce qui fait un total 5 380€ qui seront investis dans l'achat d'un fauteuil de basket sur mesure pour le jeune Louis de la Section Basket Fauteuil de la JDA.
Bien plus que de la solidarité, c'est un formidable élan de générosité, d'amitié, d'humilité qui c'est affiché durant cette journée. L'Association JDA Dijon Bourgogne tient à remercier vivement l'ensemble de ses partenaires du jour, La Société Ford et tous ses bénévoles présents tout au long de cette journée, Le Restaurant la Boucherie, L’Hôtel de France à Genlis pour son breuvage qui a réchauffé les corps durant cette journée, les fabuleux Crazy Dunker, les danseurs qui ont animé cette manifestation, FG et TJ Valentino nos animateurs adorés, les joueurs du Basket fauteuil qui n'ont pas failli en remportant leur match contre CAP SAAA, tous les photographes présents pour immortaliser ce beau moment et l’ensemble des bénévoles de la Section Basket Fauteuil de la JDA sans qui cette journée n'aurait pas eu cette même saveur. UN GRAND MERCI A TOUS !!!

Samedi 29 novembre 2014
Suite de la journée "Allons plus loin pour nos enfants" Ford avec le match Basket Fauteuil JDA - CAPSAA

JDABF_LAGAZETTE_09_10_2014.pdf
dijonmag_octobre2014.jpg

Tournoi Michel GRADELLE, le basket fauteuil à l’honneur

Le tournoi Michel-Gradelle, en hommage à l’ancien joueur handisport de la JDA, a vu s’affronter cinq équipes au gymnase Épirey.

Le basket fauteuil était à l’honneur, durant tout le week-end sur le site Épirey, pour la troisième ­édition du tournoi Michel-Gradelle, organisé en hommage à l’ancien joueur de la JDA, sélectionné à maintes reprises en équipe de France et faisant partie des meilleurs joueurs handi basket au ­monde.

Cinq équipes ont répondu présent (Lannion s’est désisté), pour offrir aux spectateurs un plateau de grande qualité. Les nombreux bénévoles peuvent être fiers du travail qu’ils ont réalisé depuis des mois pour préparer ces ­festivités.

Chloé Gradelle, la fille de Michel, a donné le coup d’envoi de la finale qui opposait la JDA à Thonon.

« Je la remercie pour sa présence, mais je tiens aussi à saluer les participants, les bénévoles et tous ceux qui ont contribué à faire de cet événement une réussite », souligne Damien Lordel, président de la JDA Association.

week end des 20 & 21 septembre 2014
Tournoi Michel GRADELLE 2014

La JDA Dijon a fait honneur au regretté Michel Gradelle ce dimanche, lors du tournoi organisé chaque année en son honneur, depuis sa disparition.

Les Dijonnais ont, en effet, réussi à se hisser en finale après être venus à bout de Gennevilliers (Nationale B) en demi-finales (39-29). Opposés à Thonon, pensionnaire de Nationale A, en finale, les joueurs de Damien Lordel ont réussi à hausser leur niveau de jeu et si, au final, ils se sont inclinés (42-51), les coéquipiers de Guillaume Légendre ont su tenir tête à l’armada adverse, se payant même le luxe de mener à la pause (23-16, 20e ).

« Même s’il ne faut pas s’enflammer, car cela reste un tournoi, il y a eu cette envie de jouer ensemble. Ce qui nous faisait défaut depuis la reprise », analysait Damien Lordel, à la fin du tournoi.


samedi 5 juillet 2014
Petit match bien amical ....

La section Basket Fauteuil de la Jeanne effectuait samedi dernier un petit bien amical JDA contre JDA avec un public bien particulier. En effet, avec la complicité des joueurs et des bénévoles de la section, les parents de Louis lui ont organisé une petite réception pour ses 20 ans en présence de sa famille. Un grand moment de convivialité et d'amitié. Merci à tous :))
 

Basket Fauteuil, les Sélectionnés.

Marianne BUSSO séléctionnée en Equipe de France A participera cet été aux Championnats du Monde qui se déruleront à Tonroto (Canada).

Alexi RAMONET séléctionné en équipe de France moins de 22 ans.

Denis QUIN  joueur  Basket Fauteuil et arbitre, représentera la France aux Championnats d'Europe groupe B à Brno République Tchèque.
 

26-07 2014
Basket fauteuil Dijon : Alexis Ramonet a dépassé son handicap

Alexis Ramonet a commencé le basket fauteuil lorsqu’il avait 7 ans et demi.

Le jeune Alexis Ramonet, joueur de la JDA basket ­fauteuil, va vivre, à seulement 18 ans, ses troisièmes championnats d’Europe espoirs sous le maillot de l’équipe de France.

En septembre, Alexis Ramonet sera, avec l’équipe de France des moins de 22 ans, en Espagne, pour disputer les championnats d’Europe espoirs. « Jai intégré l’équipe de France espoirs handi en 2010, avec laquelle j’ai participé à deux championnats européens (2010 en Italie et 2012 en Angleterre) », se remémore le jeune Dijonnais. Victime d’une malformation à la jambe à la naissance, il pratique le basket fauteuil depuis l’âge de 7 ans et demi. « Je voulais, moi aussi, faire du sport comme mes camarades de classe. Mais mon handicap m’en empêchait », explique-t-il, avant de poursuivre : « Je suis tombé sur une annonce dans le journal qui disait que le club de la JDA basket fauteuil proposait des entraînements pour les plus jeunes. Cela a été pour moi le début d’une belle aventure… ».

En effet, dès l’âge de 11 ans, Alexis était intégré à l’effectif des seniors qui jouait à l’époque en Nationale 2.

Sous la férule de son mentor, Damien Lordel, « il m’en a fait baver, mais je lui en suis reconnaissant », admet-il au passage, Alexis gravit les échelons et progresse à vitesse grand V. « Il récolte le fruit de son assiduité, de son écoute et de son travail », explique Damien Lordel, son coach.

Sa combativité est sa force

Ceux qui ont déjà vu jouer Alexis Ramonet, au gymnase Boivin, savent qu’il possède du talent mais que sa force est aussi sa combativité. « Si j’en suis là, c’est grâce à mon club qui a su me former dès mon plus jeune âge. Alain Gaudot m’a fait confiance tout jeune en m’intégrant à l’équipe seniors. Damien Lordel a pris le relais en donnant beaucoup de son temps et en nous mettant à disposition de nombreux moyens ­comme l’accès au CEP (Centre expertise de la performance) ou à des entraînements personnalisés avec Willem Laure (ex-joueur Pro A) », apprécie le dijonnais, fier de pouvoir représenter son club à travers cette sélection en équipe nationale.

Plus forts que le handicap...

Lors des entraînements, parfois des jeunes valides prennent place dans les fauteuils.

Inconditionnels de basket fauteuil, sport qu’ils pratiquent tous les deux, Hugo et Alexis, originaires du canton de Genlis, ont un rêve en commun.

Sur le parquet de la salle Boisselot, à Dijon, une demi-douzaine de jeunes se disputent un ballon de basket. Assis dans des fauteuils roulants aux roues inclinées, ils virevoltent, enchaînent les demi-tours et les brusques accélérations. Visiblement, les points ne sont pas comptés, ce qui n’empêche pas les joueurs de se donner à fond.

Hugo, 14 ans, vit à Genlis chez ses parents. L’adolescent est atteint d’une ischémie médullaire qui lui a fait perdre l’usage de ses jambes à sa naissance. Ses parents, Éric et Martine, racontent : « On voulait trouver un sport qui lui plaise. Au départ, on a pensé à la natation, mais en 2011 une amie nous a parlé du basket fauteuil, on est venu à un entraînement, ça lui a plu tout de suite. Cela fait deux ans qu’il joue au basket fauteuil. On lui a acheté un panier à la maison, il a même parlé d’aller en sports études ! »

Un rêve : les Jeux paralympiques

De son côté, Hugo confirme : « Le basket, c’est ma passion, je ne pourrais pas m’en passer. Ça me détend, ça me libère. Je pense aux Jeux paralympiques depuis que j’ai commencé ce sport, et je compte bien y arriver. Les lendemains d’entraînements, j’ai mal aux bras et aux épaules. Cela veut dire que j’ai bien bossé ! Le plus compliqué, c’est d’avoir une bonne vision du jeu. Alexis, qui a plus d’expérience, me donne souvent des tuyaux ».

Alexis, 18 ans, a été victime d’une malformation congénitale. Une de ses jambes est plus courte que l’autre, l’obligeant à marcher avec une prothèse ou, le plus souvent, à se déplacer en fauteuil. Cela fait onze ans qu’il joue au basket fauteuil à la JDA.

Patrick et Nathalie, les parents du jeune homme, qui vivent à Collonges-lès-Premières, se souviennent : « On cherchait un sport adapté à Dijon. On nous a conseillé le basket fauteuil. Il a tout de suite accroché et il a commencé la compétition à 14 ans. Il joue actuellement en national 1B, le deuxième échelon national. Il s’y investit à fond, il n’y a que le basket qui compte ou presque ! ».

« De l’admiration et du respect »

Alexis est parti hier vendredi pour une session d’entraînement en Espagne avec l’équipe de France espoirs, avant d’enchaîner avec le championnat d’Europe espoirs disputé à Saragosse, du 1er au 8 septembre. Il s’agit du troisième championnat d’Europe du jeune homme. Ce dernier vise également les Jeux paralympiques, même s’il va devoir rester encore quatre ans chez les espoirs (il faut avoir 22 ans pour jouer avec les seniors).

Alexis est du genre décidé. Il précise : « J’ai quatre ans pour bosser à fond, donner tout ce que j’ai, pour parvenir à mon objectif. Je ne veux pas m’arrêter à mes acquis, j’ai encore des progrès à faire dans tous les domaines. On fait du renforcement musculaire en salle, pour développer les muscles des bras et des épaules notamment. Quand les personnes viennent voir pour la première fois, je me suis rendu compte que cela suscitait de l’admiration et du respect. Ce qui est dur, dans ce sport, c’est de garder la même intensité pendant quarante minutes. »

Les entraînements sont très physiques, et pendant les matches, les chutes sont parfois violentes, même si Alexis arrive à se rétablir sur ses roues en deux secondes.

Tandis qu’Hugo et Alexis rejoignent le parquet, Patrick rend hommage à l’entraîneur des jeunes, Damien Lordel, ainsi que ses assistants, Alain Gaudot et Willem Laure, un ancien joueur de Pro A : « Ils sont à la fois très exigeants et très humains. Ils les poussent toujours au maximum mais quand on voit le bonheur des jeunes et l’esprit familial, on voit qu’ils sont dans le vrai. »


Basket-Fauteuil. (info B.P du 09-07-2014)
La Dijonnaise Marianne Buso a disputé les Mondiaux à Toronto.

Marianne Buso a connu sa première expérience internationale au Canada.

Membre de l’équipe de France de handi basket, la Dijonnaise a disputé le dernier Mondial au poste de pivot.

Marianne Buso, joueuse de l’équipe basket fauteuil à la JDA, se l’était promis. « Je ferai tout pour atteindre mon objectif », déclarait, en décembre dernier, la jeune Dijonnaise (22 ans), quelques semaines avant l’annonce officielle de sa sélection en équipe de France féminine handi basket.

Une annonce synonyme de participation aux championnats du monde qui viennent d’avoir lieu au Canada du 20 au 29 juin. Mais avant de valider le précieux sésame – c’était lors d’un stage préparatoire à Saint-Etienne en février dernier -, l’attente fut longue et angoissante pour celle qui ne pratique ce sport que depuis 3 ans. « J’espérais fortement faire partie de l’aventure », reconnaît Marianne Buso, qui avoue aussi avoir eu très peur d’être déçue en cas de non-sélection. C’est donc avec beaucoup d’émotion mais aussi de retenue qu’elle a géré cette bonne nouvelle. « J’étais à la fois aux anges, mais aussi un peu triste pour les copines non retenues… ».

Après de nouveaux stages, direction Toronto pour Marianne qui va disputer les championnats du monde. Un véritable conte de fées pour elle qui, pour la petite histoire, n’était jamais montée dans un avion auparavant… « A l’arrivée, nous avons pris nos quartiers dans un bel hôtel pour bien récupérer du voyage. Puis ensuite, ce furent les premiers entraînements, avant de rentrer dans la compétition », explique-t-elle. « Les vestiaires étaient même personnalisés ! », sourit-elle, avant d’évoquer ses « premiers coups de roue dans le gymnase et la cérémonie d’ouverture qui restera un moment très fort ».

Fin de l’aventure en quarts de finale

Tout comme ses premiers matchs de poule où Marianne a bénéficié d’un temps de jeu conséquent à son poste de pivot : « Nous avons battu le Mexique (12 points inscrits) et le Pérou puis perdu face aux trois grosses écuries, les Pays-Bas, les États-Unis et l’Australie ». Malgré une défaite en quarts de finale et une 8e place finale, c’est tout de même un sentiment de joie voir d’allégresse qui l’animait en repensant à tous ces moments forts. « Même si nous n’avons pas eu beaucoup de temps libre, les journées étant bien remplies avec les entraînements, séances vidéos, soins, séances de kiné, j’ai même réussi à voir les chutes du Niagara […] Cela restera donc une expérience inoubliable pour moi. Je tiens vraiment à remercier mon club, la JDA, qui a mis beaucoup de moyens à ma disposition en me faisant bénéficier de séances individuelles. La venue de mon coach, Damien Lordel, spécialement venu me voir à Toronto, lors d’un aller-retour express a été pour moi une très grande surprise et m’a boosté pour la suite de la compétition… ».
 
 
 
ce site a été créé sur www.quomodo.com