Revues de presse

19-07-2014
Interview Damien Lordel (association JDA) : « Nous sommes sur la bonne voie »

Après son deuxième mandat à la tête du club phare côte-d’orien, rencontre avec Damien Lordel, président de l’association JDA, qui fait le bilan de la saison.

La saison qui vient de s’achever à la JDA, section jeunes et amateurs, ne restera pas dans les annales en matière de résultats sportifs. Mais comme l’explique Damien Lordel, ce n’était pas la priorité ­première du club.

Quel bilan faites-vous de cette saison au sein du club de la JDA, section jeunes et amateurs ?

« Sur le plan sportif, le bilan est satisfaisant mais loin d’être exceptionnel. Et ce, pour la bonne et simple raison que nos priorités n’étaient pas axées sur les résultats à proprement dit. Nous étions davantage orientés sur la formation de nos joueurs, des babys aux juniors. Un gros travail de fond a été mené par nos ­entraîneurs, qui doit permettre à nos licenciés de posséder les fondamentaux requis pour la pratique du basket. »

Des satisfactions, tout de même ?

« Oui, bien sûr ! Nos poussins 1 ont été sacrés champions de Côte-d’Or, nos espoirs ont atteint le dernier carré du Trophée du futur. Sans oublier les sélections nationales handibasket de Marianne Buso (championnats du monde à Toronto cet été avec une belle huitième place à la clé) et Alexis Ramonet, qui participera aux championnats d’Europe à Saragosse, début septembre. Notre rassemblement de minibasket a été une franche réussite, de même que nos lotos, la fête de notre club (trois cent cinquante participants), la labellisation de notre école de basket… »

À titre personnel, vous terminez votre second mandat. Êtes-vous satisfait de vos deux années passées à la tête de l’association ?

« Pour être honnête, ça n’a pas été de tout repos. Mais on avance, même si la route est longue pour retrouver une véritable dynamique. Nous sommes sur la bonne voie grâce à ceux qui me font confiance (dirigeants, bénévoles, parents, joueurs) et qui s’investissent pour redonner au club l’exemplarité qu’il se doit d’avoir en tant que club moteur. Ce n’est pas ­toujours chose facile que d’apporter du changement et sortir les gens de leur confort. Mais, avec l’aide des techniciens expérimentés et en apprentissage, ­ainsi que des dirigeants investis et des bénévoles passionnés nous sommes en train de pérenniser notre futur. C’est ça le plus important. »

La suite, vous la souhaitez comment ?

« Le travail est loin d’être fini. La saison prochaine sera la continuité de celle écoulée avec pour objectif que chaque licencié se sente bien à la JDA et puisse progresser et s’épanouir en pratiquant son sport favori. Je souhaite aussi que nous puissions continuer notre collaboration avec le secteur professionnel grâce à l’investissement de Jean-Louis Borg et son assistant Frédéric Wiscart-Goetz qui, auprès de nos entraîneurs expérimentés et ceux en formation, ont remis tout le monde dans le sens de la ­rigueur et du travail. »

25-07- 2014
JDA Dijon Basket Dijon : Annie Cortabitarte, plus de trente années de bénévolat

Ce qui caractérise cette bénévole, c’est son sourire et sa gentillesse.

Annie Cortabitarte est ­arrivée à la JDA dans les ­années quatre-vingt. Elle vient de recevoir la médaille d’or de la Fédération ­française de basket-ball pour son engagement.

Lors de la dernière assemblée générale de la Ligue de Bourgogne, Annie Cortabitarte, dirigeante à l’association JDA Dijon Basket, a reçu la médaille d’or de la FFBB ­ (Fédération française de basket-ball). Une récompense suprême qui témoigne de l’engagement et du bénévolat de tout dirigeant émérite, à l’image d’Annie Cortabitarte. Tous ceux qui la côtoient au quotidien, – elle est trésorière et secrétaire de la section jeunes et amateurs du club dijonnais – peuvent l’affirmer, ce qui la caractérise le mieux, c’est son sourire et sa gentillesse. Et ce, depuis de très nombreuses années de présence au club.

Le début d’une grande aventure

« Ça fait exactement trente-deux ans que je suis licenciée à la JDA », précise-t- elle, avant de confier les raisons de son arrivée au club dans les années quatre-vingt. « Mon fils Jérôme (actuellement entraîneur en Nationale 3 féminine dans la région de Tours) a débuté le basket à l’âge de 4 ans, suite à un stage sportif d’été effectué, à l’époque, à la salle Boisselot. Annie Cortabitarte ne le savait encore pas… mais c’était pour elle, le début d’une grande aventure dans le bénévolat ! « J’ai proposé mes services les midis pour servir les repas aux enfants », confie celle qui, l’année suivante, devenait responsable de l’équipe dans laquelle évoluait son fils.

Des week-ends bien chargés

« J’ai été responsable d’équipe depuis les minibasketteurs jusqu’aux catégories seniors », rajoute-t-elle, avec humilité et pudeur, sans nostalgie aucune pour le passé. « C’est vrai que les temps ont changé, admet-elle, mais il faut vivre avec son temps car tout évolue… » Ses week-ends étaient, de ce fait, très chargés car la responsable d’équipe qu’elle était se devait de gérer les licences, les maillots et les nombreux déplacements. Prise par la passion, elle décidait même de se former aux tenues de tables de marque afin, dit-elle, de « permettre aux jeunes de pouvoir disputer leurs matches les week-ends ».

C’est donc logiquement qu’elle a reçu la médaille de bronze de la Fédération française de basket-ball, il y a une dizaine d’années, suivi cinq ans plus tard de la médaille d’argent. En 2012, cette fois-ci, ­­l’Office municipal des sports (OMS) a salué son ­engagement en lui décernant le Prix dirigeant ­méritant. Et enfin, le Graal avec cette médaille d’or qu’elle désire avant tout partager, empreint d’une gentillesse indéfectible : « Ce qui me fait surtout plaisir, c’est que cette récompense est aussi celle de toute l’association ».

26-07 2014
Basket fauteuil Dijon : Alexis Ramonet a dépassé son handicap

Alexis Ramonet a commencé le basket fauteuil lorsqu’il avait 7 ans et demi.

Le jeune Alexis Ramonet, joueur de la JDA basket ­fauteuil, va vivre, à seulement 18 ans, ses troisièmes championnats d’Europe espoirs sous le maillot de l’équipe de France.

En septembre, Alexis Ramonet sera, avec l’équipe de France des moins de 22 ans, en Espagne, pour disputer les championnats d’Europe espoirs. « Jai intégré l’équipe de France espoirs handi en 2010, avec laquelle j’ai participé à deux championnats européens (2010 en Italie et 2012 en Angleterre) », se remémore le jeune Dijonnais. Victime d’une malformation à la jambe à la naissance, il pratique le basket fauteuil depuis l’âge de 7 ans et demi. « Je voulais, moi aussi, faire du sport comme mes camarades de classe. Mais mon handicap m’en empêchait », explique-t-il, avant de poursuivre : « Je suis tombé sur une annonce dans le journal qui disait que le club de la JDA basket fauteuil proposait des entraînements pour les plus jeunes. Cela a été pour moi le début d’une belle aventure… ».

En effet, dès l’âge de 11 ans, Alexis était intégré à l’effectif des seniors qui jouait à l’époque en Nationale 2.

Sous la férule de son mentor, Damien Lordel, « il m’en a fait baver, mais je lui en suis reconnaissant », admet-il au passage, Alexis gravit les échelons et progresse à vitesse grand V. « Il récolte le fruit de son assiduité, de son écoute et de son travail », explique Damien Lordel, son coach.

Sa combativité est sa force

Ceux qui ont déjà vu jouer Alexis Ramonet, au gymnase Boivin, savent qu’il possède du talent mais que sa force est aussi sa combativité. « Si j’en suis là, c’est grâce à mon club qui a su me former dès mon plus jeune âge. Alain Gaudot m’a fait confiance tout jeune en m’intégrant à l’équipe seniors. Damien Lordel a pris le relais en donnant beaucoup de son temps et en nous mettant à disposition de nombreux moyens ­comme l’accès au CEP (Centre expertise de la performance) ou à des entraînements personnalisés avec Willem Laure (ex-joueur Pro A) », apprécie le dijonnais, fier de pouvoir représenter son club à travers cette sélection en équipe nationale.

05-08-2014
JDA Dijon : Next Summer Level 2014, une première expérience réussie

La JDA a organisé, pour la première fois au sein du club dijonnais, une manifestation intitulée Next Summer Level 2014 (“franchir un palier”) qui a rencontré un beau succès.

27-07-2014
Sport Mickaël Garcia : « Passer la barre des cent minibasketteurs »

Parmi les éducateurs salariés de la JDA Dijon basket, Mickaël Garcia, malgré son jeune âge (27 ans), fait déjà partie des cadres de l’association.

ce site a été créé sur www.quomodo.com